Les six choses utiles à savoir avant de partir au Japon !

Château d’Osaka 

Il y a des choses qui sont évidentes pour les japonais qui ne le sont pas forcément pour les étrangers qui se rendent au Japon.

La liste n’est pas exhaustive mais voici donc les six choses utiles à savoir qui me viennent en tête ; 

  1. Le 1er étage  au Japon correspond au rdc de chez nous.  Contrairement en France, au Japon, le sous-sol est souvent très bien exploité. On y trouve le plus souvent des magasins et des restaurants. Parfois, il s’agit d’un chemin qui mène à l’entrée du métro.  Le B1F correspond donc au -1 et B2F au -2. Enfin le bouton R de l’ascenseur correspond le plus souvent au “rooftop”. Dans les grands magasins ou centres commerciaux, la plus part du temps, au dernier étage ou au sous-sol se trouve un espace dédié à la restauration. Vous trouvez toutes sortes de restaurants. Même dans les rues, ouvrez bien l’oeil et n’hésitez pas à accéder aux divers restaurants qui se trouvent à l’étage supérieur. Tous les restaurants ne donnent pas sur rue et il y a beaucoup de bons petits restos qui se trouvent au sous-sol.  J’ai même testé un “yakiniku” qui se trouvait au -2.
  2. Retirer de l’argent au Japon ; Il n’y a pas de distributeurs de billets qui donnent sur rue partout comme en France. Même si vous vous rendez dans une banque japonaise, la plupart du temps, vous ne pourrez pas retirer avec votre carte VISA étrangère ou Mastercard. Au Japon, il vaut mieux avoir une VISA qu’une Mastercard. C’est un fait. Dans ce cas, vous pouvez toujours trouver un Seven Eleven, une chaîne de convenience stores ouverts toute la nuit. ( L’enseigne avec un 7 et eleven écrit par dessus) Vous verrez écrit en gros ATM sur la machine. On en trouve parfois dans certaines stations de métro à Tokyo. Vous pouvez utiliser le localisateur de machine en anglais ICI. Pour payer directement par CB, il n’y a pas vraiment de soucis. Vous devez la plupart du temps signer le ticket de caisse au lieu de taper votre code PIN. kix_atm01
  3. Dans les restaurants, la plus part du temps, on paie après le repas en sortant à la caisse. Si ce n’est pas le cas, parfois, on achète les tickets avant de s’asseoir grâce aux distributeurs situés dehors à l’entrée du restaurant. Il ne faut pas laisser de pourboire. Si vous le faîtes, le serveur va vous courrir après dans la rue pour vous rendre la monnaie que vous avez certes sciemment oublié ..! Embêtant donc ! Si vous avez apprécié le service ou le repas, dîtes quelque chose comme “c’était très bon !” “It was very good” en souriant, en quittant le restaurant. Vous avez un petit plateau à la caisse, prévu pour qu’on y dépose de l’argent. La plupart du temps, l’employé va compter à voix haute les pièces et les billets qui y sont déposés pour être sûre qu’il n’y ait pas de mal entendu. Il va faire de même pour vous rendre la monnaie.
  4. Si vous avez prévue de faire une virée shopping, vous serez forcément interpelé par des vendeuses qui vont répéter sans cesse “irasshaimase !” ça veut dire tout simplement dire “bienvenue !”. Lorsque vous entrez dans une cabine d’essayage, vous devez impérativement enlever vos chaussures. Puis mettre vos affaires dans un panier prévu à cet effet et enfiler un sac en tissu sur votre tête si vous êtes maquillée pour ne pas tâcher les vêtements. Les vendeuses du magasin vous diront quand vous sortirez de la cabine “otsukaresamadeshita!”  Vous allez trouver ça très bizarre. Il n’y a pas de phrase équivalente en français mais ça veut dire quelque chose comme “oh merci d’avoir fait l’effort d’essayer nos produits”. “Vous devez être fatiguée”. Oh que oui, c’est trooop fatiguant d’essayer des vêtements qu’on va acheter 😉 … La vendeuse va vous accompagner jusqu’à la sortie du magasin avec le sac contenant votre achat. Et vous remercier jusqu’à ce que vous partiez. Je sais que ça paraît bizarre mais vous devez lui tourner le dos et partir, sous peine de la voir vous dire aurevoir 36 milles fois..
  5. Le transport : dans la plupart des villes japonaises, il y a plusieurs compagnies qui s’occupent des réseaux de transports. Le réseau JR est présent partout au Japon. Pour prendre le métro, vous devez d’abord vérifier combien votre trajet va vous coûter jusqu’à la destination, sur la carte qui se trouve souvent au-dessus des machines. Enfin, la plupart du temps, vous devez d’abord mettre de l’argent dans la machine pour pouvoir appuyer sur le bouton correspondant au coût du trajet. Si c’est un trajet de deux personnes à 240 yens, vous mettrez au minimum 480 yens et choisir le nombre de ticket ( parfois un bouton avec deux bonhommes) puis choisir le bouton qui indique “240 yens”. La machine fonctionne comme ça à Osaka.  Si vous avez prévu de prendre assez souvent le transport en commun, prenez un Suica card ou un Pasmo. – Une carte rechargeable qui vous permet de passer par les portiques prévues pour les détenteurs d’IC card. – Vous la validerez à l’entrée et à la sortie. Vous serez automatiquement débité du montant correspondant au trajet effectué. Cela vous fera gagner du temps. Ces cartes peuvent aussi être utilisées au distributeur de boisson ou dans certains convinience stores pour régler vos achats. pasmo02_ph001
  6. Vous allez vite vous en apercevoir mais il n’y a pas de poubelles dans les rues japonaises. Mais paradoxe à la japonaise, vous ne trouverez pratiquement aucun déchet dans la rue ni dans les transports. Vous en trouverez de temps en temps, à côté des distributeurs de boissons et de cigarettes MAIS elles sont spécialement prévues pour recevoir des bouteilles en plastique “pet bottles” et des canettes. Vous ne devez/pouvez pas y mettre autre chose. Quand vous en trouvez, il faut savoir qu’il y a une poubelle pour les déchets plastiques, une pour les “papiers” et une pour le reste. Les japonais trient et c’est une chose à respecter. On ne jette rien sur les voies ni même le chewing-gum merci. Pour les fumeurs, attention, il y a un espace pour fumer. Au Japon, on ne fume pas en marchant. En revanche, dans les cafés ou restaurant vous pouvez fumer à l’intérieur et on vous demande lorsqu’il y a un espace fumeur de prévu, avant de vous installer, si vous êtes fumeur. Sinon, ayez toujours un sac plastique dans votre sac. Vous collecterez vos déchets et les jetterez à l’hôtel. tb

    beau plafond de la jolie Tokyo Station ❤

Les indispensables à prendre avec soi pour un voyager à l’étranger. 

Cela fait longtemps que je pensais à faire un article sur ce thème d’abord parce que j’adore voyager et ensuite parce que toute ma vie est un voyage.

En revanche, préparer ma valise est souvent pour moi, un moment assez pénible..

A chaque fois, j’attends la veille, même la dernière heure pour la faire. C’est surtout dû au fait que j’aime tout prévoir et tout organiser. J’ai alors peur d’oublier quelque chose et de stresser plus qu’il n’en faut.

A force de voyager, j’ai trouvé une petite liste de choses bien utiles à mettre dans sa valise. Les voici ;

1) Les pochettes et les sacs en coton ; incontournables. On peut aisément regrouper nos affaires par catégorie. Un pour les affaires de toilette + trousse de pharmacie, les accessoires de technologie ( batterie, cordons, chargeurs etc ), un pour les objets divers, un autre pour les sous-vêtements + chaussettes et un autre pour le linge sale ! . Enfin, un autre grand sac pour les surplus de voyage. Les choses qui ne rentrent pas dans la valise lors du départ. Une petite pochette pour rassembler les objets précieux notamment les bijoux. Pour ne pas les perdre.

2) L’adaptateur de prise universel : les adaptateurs sont souvent chers pour ce que c’est mais sont bien utiles. Un adaptateur multidestination ( universel ) est un must à avoir si vous voyagez souvent à l’étranger. Prenez de préférence un, qui possèdent des entrées USB. Pratique pour brancher directement dessus, des câbles de smartphone.

Si vous n’allez pas vers des destinations “exotiques”, les prises ( US, Europe, UK) suffisent amplement.  En revanche, ces adaptateurs ne modifient pas la tension générée.

Par exemple, au Japon, la prise US fonctionne mais l’intensité du courant étant moindre qu’en France, le téléphone met plus de temps à charger. Si vous achetez des appareils à l’étranger pensez bien à vérifier les compatiblités et la tension. Par exemple, au Japon, sur l’étiquette des appareils, il est souvent marqué s’ils peuvent être utilisés à l’étranger. 

3) le “multicable” : j’avais acheté ça dans une boutique en doutant un peu de son utilité sans savoir que cette petite chose allait me servir maintefois. Vraiment pratique si vous voyagez à plusieurs et cela permet de dépanner vos compagnons de voyage.  Avec une seule entrée USB, vous pouvez charger aussi bien un iphone 6 qu’un 4, un smartphone Samsung ou un appareil doté d’une entrée mp3. Vous pouvez en trouver des similaires sur Priceminster pour moins de 20 euros.

img_0888

multicâble acheté chez Bonendroi


4) un portefeuille simple et petit pour la devise étrangère : Parce que notre portefeuille habituelle à nous, on doit la garder pour le retour, pour s’acheter à manger et éventuellement prendre un taxi à l’aéroport. On ne sait jamais quoi faire de nos euros pendant le voyage. On le range sagement dans un coin de notre valise et on le prends sur soi lors du départ. Il faut toujours avoir l’équivalent de 100€ dans la devise étrangère quand on prends l’avion ( au cas où )pour ne pas être coincé une fois arrivée à destination. Prévoir large pour le transport ( aéroport – centre ville ) et manger/boire.

5) le pèse-valise : Si vous êtes du genre à voyager aussi léger qu’un pigeon voyageur, passez votre chemin. C’est très bien car moi aussi, je voyage très souvent léger, un peu trop mais ceci est moins vrai lorsque je pars loin ET pour une longue durée.

En revanche, si vous êtes comme moi, du genre à accumuler toutes les conneries possible sur le lieu de destination, je vous conseille d’en prendre un systématiquement avec vous. Cela vous servira plus d’une fois et vous évitera une honte monumentale au comptoir de l’aéroport. Parce qu’il faut bien penser au dos des agents qui vont soulever une centaine de fois nos valises bien trop lourdes. Cet objet nous permet de bien répartir le poids entre plusieurs bagages.

Petit conseil : Si vous avez du mal à fermer votre valise = problème de place, prenez vos vêtements avec vous en cabine dans un sac en coton (n°1). En revanche, si vous avez de la place mais un problème d’excès de poids, prenez avec vous en cabine, la chose la plus petite mais qui pèse le plus SAUF les objets qui contiennent du liquide. Les choses les plus lourdes contiennent souvent du liquid hélas mais ça peut être des livres, les guides touristiques ou des objets métalliques. ( vérifier les objets interdits en cabine sur internet permet de ne pas se faire avoir sous peine de devoir les jeter avant d’embarquer.

6) un petit carnet dans lequel, vous noterez des informations utiles. Que vous prendrez toujours avec vous lorsque vous vous déplacerez. Et une pochette (chemisier) dans laquelle vous rangerez les papiers, les références de réservation, une petite carte et éventuellement vos e-billet d’avion.

  • – Le nom et l’adresse de l’hôtel et éventuellement la station la plus proche pour s’y rendre en alphabet mais également dans la langue étrangère. Tout le monde ne parle et ne lit pas anglais et encore moins le français. Surtout si vous ne savez pas prononcer comme il le faut. 
  • – les numéros d’urgence 
  • – les numéros de réservation / des billets etc, les horaires de vol 
  • – les informations sur votre assurance voyage si vous en avez pris. ( à prendre impérativement si vous partez vers une destination où la santé coûte chère. Il se peut que l’on ne vous soigne pas si vous n’êtes pas suffisament couvert par une assurance. ) la CB couvre souvent un minimum mais cela n’est pas toujours vrai et suffisant.. 
  • – le numéro et le nom des personnes à joindre en cas de besoin + votre adresse mail + adresse postale. Et si adorez rencontrer du monde et parler avec des gens, notez quelques phrases utiles dans la langue de votre destination. 
  • ( où est ..?, où sont les toilettes ?, comment se rend-t-on à …? Je voudrais telle ou telle chose, je suis malade/me sens mal, au secours , aidez-moi “help” marche généralement partout, enfin, Bonjour, Merci, aurevoir parce qu’on est poli ) si les langues étrangères ne sont vraiment pas votre “truc”, pensez juste à sourire. Vous aurez au moins l’air sympa ou bête selon la destination 😉 

Bassin d’arcachon <3 

 

La vue sur Le Cap Ferret

La vie est riche dans le bassin d’Arcachon. Un très joli lieu de vacances aussi bien pour les amoureux que les familles avec enfants.  L’air marin y est fort agréable et quand on sait qu’il fut un lieu préconisé en tant que sanatorium pour les tuberculeux, on comprends mieux les bienfaits de la Nature sur notre corps.

Ce qui est appréciale à Arcachon, c’est la possibilité de s’évader et se sentir proche de la Nature tout en gardant un pied sur la vie “civilisée”. Il n’y a pas ce côté “bling bling” que l’on peut trouver dans certains endroits sur les côtes méditerranéennes dans le Sud-Est de la France. Les produits terroires du Sud-Ouest sont plus qu’appréciables.

Le centre d’Arcachon est riche en boutiques de toutes sortes, de vêtements. Les marques telles que “Le comptoir des cotonniers”, “Des petits hauts”, “Bensimon” “Harris Wilson” y sont présentes. Autant vous dire que j’ai bien profité des soldes même si j’étais en vacances..

 La très belle ville de Bordeaux est accessible en voiture, à environ une heure quand il n’y a pas de bouchon.. éviter les sorties de plages vers 17h..

Arcachon en période estivale est accessible par TGV direct depuis Paris Montparnasse 1 2. On peut donc y aller sans permis, sans voiture. La commune se visite aisément en vélo.

La dune du Pyla est un lieu incontournable. La plage Pereire est à voir aussi. Si vous avez la possibilité de naviguer en mer, je conseille fortement d’aller vers les cabanes tchanquées accessible à pieds lorsque la marée est basse et le banc d’Arguin face à la belle dune. On peut beacher sans problème car le fond est sabloneux.

 La navigation est plutôt difficile dans le bassin, même pour les locaux. Lors de ma première sortie, on a échoué sur un banc de sable, alors même qu’on suivait notre carte marine.

 Les bancs bougent énormément à cause du vent. Il faut bien étudier le coefficient des marées. Si vous avez le choix entre un bateau à coque rigide ou semi-pneumatique, je conseille évidemment la seconde option. Si j’ai deux trois conseils à donner, je vous dirais de prendre beaucoup d’eau car une petite virée peut se transformer en une grande et prenez des chaussures de randonnées marines chez Decathlon. Cela vous évitera de vous couper les pieds avec des huîtres..

Le bassin n’est pas un endroit idéal, pour avoir essayé, pour s’adonner au plaisir du wakeboard ou ski nautique. Il se prête mieux aux activités nautiques, telles que le kitesurf, la planche à voile. Parapente sur la dune etc. Il y a pas mal de vent.

La commune offre plein d’activités. On peut y faire de l’accrobranche entre copains, une promenade en forêt, une grande ballade à vélo sur des pistes cyclables agréables, elle offre également de bons restaurants face à la plage à côté de la jetée Thiers.

De plus, on peut très bien manger dans le bassin. J’adore déguster des huîtres ou des moules frites en contemplant de magnifique vue qu’offre cet endroit.

La Co(o)rniche, “un peu” trop à la mode est un complexe hôtelier qui donne une superbe vue sur la dune et le bassin, le restaurant et le bar valent évidemment le détour si cela rentre dans votre budget. Pour y dîner un soir et surtout le week-end, il vaut mieux s’y prendre à l’avance et réserver. Vous serez mieux accueillis.

Pour les plus petits budgets, je conseille de manger au moins une fois dans l’un des restaurant qui sont face à la plage depuis la jetée Thiers, notamment le restaurant “jaune” Le Thiers et Le Grand Café Victoria. Enfin, sur le boulevard de la plage, vous pouvez trouver de quoi vous restaurer. Le petit restaurant Vietnamien “Le Palais d’Asie” est accueillant et sympathique pour manger autre chose que des produits locaux. Vous trouverez quelques pubs sympas Avenue Gambetta qui prolonge la jetée. En vacances, je trouve quand même que le mieux est de préparer un apéro improvisé maison avec les produits déniché au marché, avec une bonne bouteille de vin. Il y a une bonne charcuterie et un traiteur italien sympa au marché intérieur d’Archachon 😉  Pour une amoureuse de canelé comme moi, ceux de Baillardran sont évidemment à déguster sans modération ou presque .. ! On peut en acheter à la Gare de Bordeaux au retour si vous avez pas eu votre dose ou à Arcachon même.

J’ai passé un super séjour dans le bassin et j’en garde de très bons souvenirs, même s’ils sont encore très frais. Une vraie richesse et ambiance à la française qu’on devrait sauvegarder et conserver le plus longtemps possible.

Carnet d’adresses : les endroits que j’ai aimés ;

  • Bonendroi : boutique remplie de gadget vintage de toutes sortes, une sélection de papeterie, de déco, un vrai bazar à deux pas du marché. Elle existe aussi à Bordeaux.
  • Bassin aventures : Accrobranche en famille ou entre copains
  • La Co(o)rniche : Pour y commander le fameux Paris-Pyla en dessert et déguster le délicieux cocktail “Banc d’Arguin” en admirant un joli coucher de soleil.
  • Enfin, un réel coup de coeur pour les Cabanes Tchanquées. Accessible uniquement par bateau.

Un lieu idéal pour admirer la dune  ; Le banc d’Arguin

La vue depuis la Cabane Tchanquée

Les Cabanes Tchanquées lorsque la marée est très basse.

Pereire

Jetée Thiers

Touch of coral ~ summer color <3 

J’ai quelque chose avec cette couleur corail qui me fait tout de suite penser à l’été. Qui va très bien avec les couleurs pastels et claires comme le babyblue. 

Sur un teint naturellement hâlé, une petite touche de cette couleur apporte de la fraîcheur et renforce le côté bonne mine tout en restant naturelle. 

J’aime beaucoup la nouvelle collection Vibe Tribe de la marque cosmétique MAC d’inspiration éthnique. J’ai opté pour le blush couleur corail Modern Mandarin et le lipstick crayon à lèvres de couleur Teen dream qui nourrit bien les lèvres – indispensable après un coup de soleil pour garder les lèvres douces et pulpeuses -. 

 Il vaut mieux ne pas trop se maquiller en été et pas qu’en été d’ailleurs mais une peau transpirante sous une couche de maquillage, ce n’est pas jolie.. J’aime beaucoup le packaging de cette collection qui m’inspire le désert, la couleur de la terre. J’entends déjà dans ma tête “A horse with no name” d’America. 
Enfin, coup de coeur pour la couleur Riviera du vernis Dior. Assez orangé mais pas trop, ni trop rosé.  Les vernis Dior ont une bonne tenue avec une base et un top coat. Leur pinceau applati permet de bien le poser. 

J’aime beaucoup ma nouvelle combishort Zara qui a un côté femme-enfant avec sa coupe courte et évasée.

 La couleur babyblue de cette combi me rappelle l’insouciance de l’enfance. Elle est très confortable et facile à porter. À accessoriser avec de petits bijoux simples et fins pour garder le côté minimaliste. 

Bonne journée !