Maison Kitsuné ~ Paris – Tokyo

En me baladant dans un de mes quartiers préférés à Tokyo, je suis forcément passée devant la familière boutique Maison Kitsuné. Ce n’est pas forcémeng mon style disons habituel mais le concept So Parisien à Tokyo me parle suffisament pour que j’y entre faire un tour. 

Les soldes ayant pris fin à Paris, je n’avais pas eu le temps de “shopper” quelques pièces que j’avais repérées il y a deux mois. Il restait heureusement la petite jupe et la robe Bali 🙂  Robe mignonne mais qui reste casual et décontractée. La couleur verte et les rayures ainsi que les boutons dorés à la taille la rendent suffisamment unique pour que je craque. 

Ce petit passage dans cette boutique a été l’occasion de me sentir encore plus loin de mon petit chez moi. Même en étant ravi d’être dans mon pays natal, mon petit chez moi à Paris me manque et mes chiens d’amour aussi. C’est une étrange sensation.  Comme une envie de prendre un matcha latte au jardin du Palais-Royal. 

Je vous fais plein de bisous ❤

la cabine d’essayage avec une porte coulissante en bois et en shôji ( papier japonais ) n’était pas sans rappeler ma peur d’enfance de trouer le papier m.

Kiwi love <3


Je suis allée pour la première fois à Tokyo Midtown de Roppongi. C’est un vaste centre commercial vraiment moderne et sympa où se trouvent toutes les boutiques que je connais très bien mais à Paris. Par exemple, l’excellente et raffinée pâtisserie Toraya mais aussi des pâtisseries françaises et même la boulangerie Kayser. Les boutiques de marque étrangère sont des boutiques chic et de luxe pour les tokyoïtes. C’est pourquoi ce centre commercial est un peu snob. Néanmoins, il est très agréable de se balader à l’intérieur et se promener dans le jardin qui se trouve à côté.  
J’aime beaucoup les glaces de Paletas frozen fruits bar. Les glaces sont tellement jolies qu’elles me donneraient presque envie de toutes les manger ! Il y a un large choix et toutes les glaces sont faites d’ingrédients naturels. Ma glace préférée est celle au kiwi et au yaourt ❤ 
Pour se rendre à Tokyo Midtown, rien de compliqué. Il faut prendre la sortie qui donne directement accès au sous-sol du centre à la station de métro Roppongi d’Oedo line. 😉

Perfect green dress alert <3 

Robe Lois Crayon, Sac Belli Sézane

LOIS CRAYON 

En me baladant dans le quartier chic et plutôt calme de Ginza à Tokyo, je suis tombée sur cette petite robe avec un joli noeud dans le dos. J’ai eu un vrai coup de coeur pour cette robe en vitrine et j’ai du attendre 3 jours avant d’avoir suffisamment de temps d’aller l’essayer en boutique. C’est souvent comme ça que je repère ce que j’achète et c’est à peu près comme ça pour tout ce qui entre dans ma vie. Je n’aime pas trainer en boutique à la recherche de la perle rare.  Repérer une pièce par hasard mais sûrement, celle qui a attiré  le regard naturellement,  c’est la meilleure façon de se trouver un vêtement, même de le “rencontrer” car entrée dans son dressing de cette façon, ce genre de robe ne nous quitte jamais et on ne s’en lasse pas de la porter chaque année.

Une fois en cabine, comme je l’imaginais, elle tombait parfaitement sur mon corps.

En voilà une robe bien dessinée ET de surcroît de bonne qualité. Et pour moi, c’est très important. La coupe est bien sûre importante mais la qualité du tissu aussi, pour qu’elle tombe bien. La matière se voit à l’oeil nu et c’est souvent ça qui fait la différence avec une robe quelconque dont on ne prendra pas soin.

Me voilà déjà dans le “autumn mood”. Ma saison préférée, l’automne. C’est une saison riche en couleurs chaudes que j’aime. C’est aussi une saison qui commence avec mon anniversaire. Lorsque les feuilles changent de couleur, je grandis aussi. 

Robe Lois Crayon ; une marque japonaise d’origine écossaise

Les six choses utiles à savoir avant de partir au Japon !

Château d’Osaka 

Il y a des choses qui sont évidentes pour les japonais qui ne le sont pas forcément pour les étrangers qui se rendent au Japon.

La liste n’est pas exhaustive mais voici donc les six choses utiles à savoir qui me viennent en tête ; 

  1. Le 1er étage  au Japon correspond au rdc de chez nous.  Contrairement en France, au Japon, le sous-sol est souvent très bien exploité. On y trouve le plus souvent des magasins et des restaurants. Parfois, il s’agit d’un chemin qui mène à l’entrée du métro.  Le B1F correspond donc au -1 et B2F au -2. Enfin le bouton R de l’ascenseur correspond le plus souvent au “rooftop”. Dans les grands magasins ou centres commerciaux, la plus part du temps, au dernier étage ou au sous-sol se trouve un espace dédié à la restauration. Vous trouvez toutes sortes de restaurants. Même dans les rues, ouvrez bien l’oeil et n’hésitez pas à accéder aux divers restaurants qui se trouvent à l’étage supérieur. Tous les restaurants ne donnent pas sur rue et il y a beaucoup de bons petits restos qui se trouvent au sous-sol.  J’ai même testé un “yakiniku” qui se trouvait au -2.
  2. Retirer de l’argent au Japon ; Il n’y a pas de distributeurs de billets qui donnent sur rue partout comme en France. Même si vous vous rendez dans une banque japonaise, la plupart du temps, vous ne pourrez pas retirer avec votre carte VISA étrangère ou Mastercard. Au Japon, il vaut mieux avoir une VISA qu’une Mastercard. C’est un fait. Dans ce cas, vous pouvez toujours trouver un Seven Eleven, une chaîne de convenience stores ouverts toute la nuit. ( L’enseigne avec un 7 et eleven écrit par dessus) Vous verrez écrit en gros ATM sur la machine. On en trouve parfois dans certaines stations de métro à Tokyo. Vous pouvez utiliser le localisateur de machine en anglais ICI. Pour payer directement par CB, il n’y a pas vraiment de soucis. Vous devez la plupart du temps signer le ticket de caisse au lieu de taper votre code PIN. kix_atm01
  3. Dans les restaurants, la plus part du temps, on paie après le repas en sortant à la caisse. Si ce n’est pas le cas, parfois, on achète les tickets avant de s’asseoir grâce aux distributeurs situés dehors à l’entrée du restaurant. Il ne faut pas laisser de pourboire. Si vous le faîtes, le serveur va vous courrir après dans la rue pour vous rendre la monnaie que vous avez certes sciemment oublié ..! Embêtant donc ! Si vous avez apprécié le service ou le repas, dîtes quelque chose comme “c’était très bon !” “It was very good” en souriant, en quittant le restaurant. Vous avez un petit plateau à la caisse, prévu pour qu’on y dépose de l’argent. La plupart du temps, l’employé va compter à voix haute les pièces et les billets qui y sont déposés pour être sûre qu’il n’y ait pas de mal entendu. Il va faire de même pour vous rendre la monnaie.
  4. Si vous avez prévue de faire une virée shopping, vous serez forcément interpelé par des vendeuses qui vont répéter sans cesse “irasshaimase !” ça veut dire tout simplement dire “bienvenue !”. Lorsque vous entrez dans une cabine d’essayage, vous devez impérativement enlever vos chaussures. Puis mettre vos affaires dans un panier prévu à cet effet et enfiler un sac en tissu sur votre tête si vous êtes maquillée pour ne pas tâcher les vêtements. Les vendeuses du magasin vous diront quand vous sortirez de la cabine “otsukaresamadeshita!”  Vous allez trouver ça très bizarre. Il n’y a pas de phrase équivalente en français mais ça veut dire quelque chose comme “oh merci d’avoir fait l’effort d’essayer nos produits”. “Vous devez être fatiguée”. Oh que oui, c’est trooop fatiguant d’essayer des vêtements qu’on va acheter 😉 … La vendeuse va vous accompagner jusqu’à la sortie du magasin avec le sac contenant votre achat. Et vous remercier jusqu’à ce que vous partiez. Je sais que ça paraît bizarre mais vous devez lui tourner le dos et partir, sous peine de la voir vous dire aurevoir 36 milles fois..
  5. Le transport : dans la plupart des villes japonaises, il y a plusieurs compagnies qui s’occupent des réseaux de transports. Le réseau JR est présent partout au Japon. Pour prendre le métro, vous devez d’abord vérifier combien votre trajet va vous coûter jusqu’à la destination, sur la carte qui se trouve souvent au-dessus des machines. Enfin, la plupart du temps, vous devez d’abord mettre de l’argent dans la machine pour pouvoir appuyer sur le bouton correspondant au coût du trajet. Si c’est un trajet de deux personnes à 240 yens, vous mettrez au minimum 480 yens et choisir le nombre de ticket ( parfois un bouton avec deux bonhommes) puis choisir le bouton qui indique “240 yens”. La machine fonctionne comme ça à Osaka.  Si vous avez prévu de prendre assez souvent le transport en commun, prenez un Suica card ou un Pasmo. – Une carte rechargeable qui vous permet de passer par les portiques prévues pour les détenteurs d’IC card. – Vous la validerez à l’entrée et à la sortie. Vous serez automatiquement débité du montant correspondant au trajet effectué. Cela vous fera gagner du temps. Ces cartes peuvent aussi être utilisées au distributeur de boisson ou dans certains convinience stores pour régler vos achats. pasmo02_ph001
  6. Vous allez vite vous en apercevoir mais il n’y a pas de poubelles dans les rues japonaises. Mais paradoxe à la japonaise, vous ne trouverez pratiquement aucun déchet dans la rue ni dans les transports. Vous en trouverez de temps en temps, à côté des distributeurs de boissons et de cigarettes MAIS elles sont spécialement prévues pour recevoir des bouteilles en plastique “pet bottles” et des canettes. Vous ne devez/pouvez pas y mettre autre chose. Quand vous en trouvez, il faut savoir qu’il y a une poubelle pour les déchets plastiques, une pour les “papiers” et une pour le reste. Les japonais trient et c’est une chose à respecter. On ne jette rien sur les voies ni même le chewing-gum merci. Pour les fumeurs, attention, il y a un espace pour fumer. Au Japon, on ne fume pas en marchant. En revanche, dans les cafés ou restaurant vous pouvez fumer à l’intérieur et on vous demande lorsqu’il y a un espace fumeur de prévu, avant de vous installer, si vous êtes fumeur. Sinon, ayez toujours un sac plastique dans votre sac. Vous collecterez vos déchets et les jetterez à l’hôtel. tb

    beau plafond de la jolie Tokyo Station ❤